En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

GPEC, relations professionnelles et crise économique : les apports de deux études de cas du secteur automobile

La loi de cohésion sociale de 2005 a instauré l’obligation de négociation triennale d’accords de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) pour les entreprises de plus de 300 salariés. La présente étude se focalise sur les effets de la loi sur les dispositifs de GPEC au sein de deux entreprises du secteur automobile. Ce secteur subit une importante récession en France depuis 2008, dans un contexte où le taux d’équipement des ménages, en Europe de l’ouest, est très élevé. La crise a sans doute participé à l’accélération des difficultés de nombreux constructeurs et équipementiers français et européens. Les restructurations qu’elles soient stratégiques, organisationnelles, assorties on non de Plan de Sauvegarde de l’Emploi, impactent les relations professionnelles, la gestion des ressources humaines et en particulier la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC). A partir d’études de cas portant sur deux entreprises du secteur automobile, nous identifions certaines « ruptures ». Ces ruptures se rapportent aux relations professionnelles et vont de pair avec la signature d’accords de GPEC sur la période récente : en termes de contenu stratégique des informations transmises aux partenaires sociaux, de dialogue mutualisé au niveau de la branche ou de la filière, et de déstabilisation des relations professionnelles.

 

 

 Télécharger la note

N.Fleury, F.Laval

Note du CEP
Mai 2014- 20 pages

 

Voir aussi

D'autres publications du CEP sur le thème Politiques publiques et dialogue social sur l'emploi, le travail et la formation

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux