En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Communiqués de presse

 

Les principaux résultats du sondage Groupe ALPHA, réalisé par le CSA en mars 2009

Mardi 10 mars 2009


Les principaux enseignements du sondage CSA pour le Groupe ALPHA :

  • La responsabilité sociale des entreprises, nouveau socle du modèle social face à la crise
  • Le moteur du développement économique des territoires : une synergie accrue entre élus locaux et acteurs économiques
  • La prévention des risques au travail : une sensibilisation qui a porté ses fruits

Mardi 10 mars 2009 - À l’occasion de ses 25 ans, le Groupe ALPHA réunit, à La Mutualité, des personnalités des mondes politique, social et économique pour débattre de thèmes d’actualité, devant plus de 1 200 participants.

Pour l’événement, un sondage a été réalisé par le CSA pour le Groupe ALPHA, reprenant les sujets traités lors des trois tables rondes de la journée-débats :

  • les nouveaux défis des territoires,
  • les enjeux de santé et de sécurité au travail,
  • la crise et le modèle social.

Le sondage a été réalisé auprès de trois cibles : les salariés, les représentants des salariés et les directions d’entreprise. A cette particularité dans le choix des cibles, peu fréquente, s’ajoutent deux spécificités d’importance :

  • le sondage s’intéresse au territoire comme un tout, pouvant être le nouvel espace du dialogue social, allant ainsi au-delà des seuls murs de l’entreprise,
  • le sondage permet d’ouvrir les portes à une nouvelle répartition des responsabilités économiques et sociales pour plus d’emplois et d’activités.

Ainsi, il résulte que :

L’action économique et sociale passe d’un échelon national à une action locale

En matière d’emploi et de développement économique, les collectivités locales et les entreprises apparaissent comme les acteurs qui comptent, devant l’action de l’Etat. Cela est criant en matière de développement économique, domaine dans lequel les entreprises et les collectivités sont plébiscitées (respectivement 88% et 72% pour les responsables d’entreprise, 81% et 77% pour les représentants du personnel et 72% et 71% pour les salariés).

Pour tous les acteurs, les entreprises sont les plus attendues sur l’emploi des plus fragiles.

Les salariés, les responsables d’entreprise ou les représentants du personnel font plutôt confiance aux entreprises pour le retour à l’emploi des plus fragiles grâce aux dispositifs de reclassement qu’à Pôle Emploi (salariés : 37% et 34%, représentants du personnel : 38% et 35%, responsables d’entreprise : 45% et 37%).

L’Etat retrouve son rôle lorsqu’il s’agit d’accorder aux salariés une aide individuelle pour les accompagner dans leur réorientation professionnelle. Pour la majorité des sondés, l’aide doit provenir de Pôle Emploi.

Selon les salariés notre modèle social n’a pas évolué

Près d’un tiers des salariés pensent qu’il faut réformer profondément le modèle social contre 19% pour les représentants du personnel et 21% pour les responsables d’entreprise. Ils sont également près de 40% à penser que le dialogue social s’est plutôt dégradé ces 40 dernières années (40% jusqu’à 47% pour les CSP +) alors que pour les représentants du personnel (36%), pour la moitié des chefs d’entreprise (50%), il s’est amélioré.

Un sentiment de représentation très mitigé

Alors que la représentation syndicale est un des fondements du dialogue social, les salariés sont très partagés quant à leur rôle de représentation (44% s’estiment mal représentés contre 45% qui pensent bien l’être).

D’ailleurs 75% des salariés n’ont pas entendu parler de la réforme de la représentativité syndicale qui a été votée en août dernier.

La prévention des risques au travail est maintenant consensuelle pour tous les acteurs sociaux et économiques

La santé et la sécurité au travail sont deux sujets qui font maintenant consensus et sont jugés par les acteurs comme tout à fait prioritaires. Le consensus existe également en ce qui concerne les domaines sur lesquels agir pour améliorer encore la prévention des risques comme l’environnement de travail (salariés 41%, représentants du personnel et responsables d’entreprise 55%) ou la pénibilité du travail physique (salariés 46%, représentants du personnel 49% et responsables d’entreprise 46%).

Paradoxalement, alors que les salariés jugent la prévention des risques comme prioritaire, plus d’un tiers (35%) ne connaissent pas le CHSCT*, qui est l’organe en charge de la surveillance de l’ensemble des conditions de travail. Cependant, pour les 64% de salariés qui le connaissent, il joue un rôle très important (84% d’avis favorables). Cette opinion positive se monte à 90% chez les représentants du personnel et à 83% chez les chefs d’entreprise.

 

Méthodologie de l’étude :


Etude menée auprès de 3 cibles : les salariés, les représentants du personnel et les responsables d’entreprise. Elles ont toutes été menées par téléphone du 16 au 19 février 2009.

  • Salariés : échantillon national représentatif de 949 salariés de plus de 18 ans, constitué selon la méthode des quotas.
  • Représentants du personnel : échantillon de 200 représentants du personnel, interrogés sur fichier.
  • Responsables d’entreprise de plus de 50 salariés : échantillon représentatif de 200 responsables d’entreprise constitué d’après le méthode des quotas.

Les résultats du sondage exclusif CSA-Groupe Alpha 

 

Contact presse : Caroline Olivier - 01 53 62 70 63

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux