En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Bridgestone: "Une trahison de la confiance" de l'Etat et de la région, critique le gouvernement


L'annonce de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie 863 personnes, est "une trahison de la confiance que l'Etat et la région Hauts-de-France ont placée" dans le groupe japonais, a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"C'est un choc, mais c'est aussi une décision brutale sur la forme, incompréhensible sur le fond", et "Bridgestone doit aujourd'hui assumer ses responsabilités plutôt que de chercher des prétextes", a-t-il déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Dans un communiqué commun mercredi matin, le gouvernement et le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand avaient déjà dénoncé "la brutalité" de l'annonce et demandé l'étude de "scénarios alternatifs".

Le PDG de Bridgestone Europe Afrique et Moyen-Orient, Laurent Dartoux, a expliqué auprès de l'AFP la décision de fermeture, destinée à "préserver la viabilité des opérations de l'entreprise", par "des problèmes de marché structurels".

"C'est l'entreprise qui a sous-investi dans le site de Béthune au profit d'autres sites" et qui "a été incapable d'instaurer les conditions d'un dialogue social sain", a accusé M. Attal. En outre, l'entreprise "n'a fait aucune proposition quand l'Etat et la région Hauts-de-France ont présenté des mesures de soutien dans le cadre du plan de relance", a-t-il ajouté.

Assurant que la "seule priorité" du gouvernement était "la sauvegarde de l'emploi et l'accompagnement des salariés", M. Attal a indiqué que les représentants du personnel et les élus du territoire seraient réunis "dans les prochains jours" et confirmé qu'il serait exigé de Bridgestone de "mener une étude approfondie des scénarios alternatifs de fermeture de l'usine compte tenu des moyens qui sont mis en place dans le plan de relance".

Il a rappelé que le plan de relance prévoyait des mesures "massives" pour protéger l'emploi: "chômage partiel prêt garanti par l'État, fonds de solidarité, exonération de charges qui vise à protéger l'emploi, diminution des impôts de production"

"Nous agirons avec la plus grande résolution", a assuré M. Attal.

L'usine de Béthune, qui produit des pneumatiques pour l'automobile sous les marques Bridgestone et Firestone, connaît des difficultés de longue date. Elle est "la moins performante" parmi la dizaine d'usines du groupe en Europe, affirme la direction. En une décennie, ses effectifs ont chuté de 40%, au même rythme que ses volumes de production dans un marché stable.

ggy/cs/tes

BRIDGESTONE

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux