En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Cafés et restos dans les starting blocks, symbole d'une économie qui redémarre


A deux jours du sésame tant attendu, cafés et restaurants se préparaient dimanche pour accueillir leurs premiers clients depuis plus de deux mois, un symbole d'une économie brutalement touchée mais qui "redémarre".

Après des semaines de fermeture forcée pour cause de coronavirus, bars, cafés et restaurants des zones vertes sont autorisés à rouvrir leurs portes le 2 juin, avec des règles sanitaires strictes: dix personnes maximum par table, un mètre au moins entre chaque groupe, consommation debout interdite dans les bars.

En Ile-de-France, Mayotte et Guyane, toujours en vigilance orange, seules les terrasses pourront rouvrir.

A Paris, la mairie a annoncé que bars, cafés et restaurants pourraient s'étendre gratuitement sur une partie de l'espace public, trottoirs, places de stationnement voire quelques rues fermées à la circulation.

En respectant toutefois les règles de bon voisinage: "pas de bruit, pas de musique, fermeture à 22h", a martelé Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

"Le peu de tables qu'on aura en terrasse, on sera toujours plein, donc ce sera déjà un bon début", a commenté Arnaud Bazire, patron du bar-restaurant Le Comité dans le 19e arrondissement.

Ce week-end des attroupements de clients se sont formés devant des restaurants proposant des formules à emporter ou des terrasses improvisées.

Mal leur en a pris, dix établissements à Paris ont été verbalisés par la police pour terrasses ouvertes par anticipation.

Inspirés par une météo estivale, les Parisiens ont aussi pris d'assaut les berges de la Seine, du canal Saint-Martin ou encore les pelouses des parcs rouverts depuis samedi, portant ou non le masque, seulement "recommandé".

La maire de Paris Anne Hidalgo a appelé à "un sursaut de civisme", tout en appelant à parler aux citoyens "comme à des adultes, pas (comme) à des enfants".

Elle s'exprimait lors d'un déplacement sur le parvis de Notre-Dame de Paris qui a rouvert dimanche, sans lien avec le déconfinement, après avoir été fermé au public depuis l'incendie de la cathédrale il y a plus d'un an.

- "Se battre" -

"Je rêvais de pouvoir marcher dans le jardin des Tuileries, c'était mon envie de grossesse, et enfin je peux le faire, je suis aux anges", explique Adriana, 35 ans, qui s'est joint de bon matin aux dizaines de joggeurs, marcheurs et photographes amateurs ayant investi ce lieu emblématique du coeur de la capitale.

A Strasbourg, au parc de l'Orangerie, principal espace vert de la métropole alsacienne, c'est aussi le retour des joggeurs et flâneurs et même des cours de zumba. "Mon salon, il commençait à me saouler quand même!", s'exclame la coach Safia Afif.

La réouverture de l'ensemble des plages mardi est également attendue avec impatience, de la Manche à la Méditerranée.

A Calais, la plage principale a retrouvé ce week-end sa physionomie estivale, avec le retour des transats, parasols, voiliers et bateaux de plaisance.

"On est très contents car on n'est pas les uns sur les autres", se félicite Yves, 45 ans, venu en camping-car avec sa femme et son fils de 8 ans.

"D'habitude, on commence à travailler en mars, ça fait quand même un sacré manque à gagner!", commente un employé d'Opéra Plage, établissement plus que centenaire de la Baie des Anges à Nice.

Dans les paroisses, les cérémonies religieuses reprennent progressivement depuis une semaine.

A Manzat (Puy-de-Dôme), les fidèles ont assisté en ce dimanche de la Pentecôte à leur première messe post-confinement, avec distanciation entre fidèles masqués. Durant l'office, le traditionnel "geste de la paix" qui consiste à serrer la main de son voisin, a été remplacé par un geste de la tête, mains jointes.

Au total, le Covid-19 a tué 28.771 personnes en France, selon le dernier bilan publié samedi, qui n'a pas actualisé les chiffres en Ehpad.

Le nombre de patients en réanimation continue lui à diminuer (1.325). Ce ralentissement de l'épidémie a permis au gouvernement de donner jeudi son feu vert à la levée de nouvelles restrictions.

Dans l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte, seules régions qui ne soient pas passées en zone verte, le déconfinement y sera un peu plus prudent.

La limite de déplacements à plus de 100 km du domicile va également être levée.

Pour permettre ces déplacements, le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé dimanche que "100% de l'offre" de la SNCF serait commercialisée à partir de la "mi-juin", avec la levée de la restriction d'un siège sur deux occupé.

En revanche, l'attestation pour prendre les transports en commun aux heures de pointe en Ile-de-France sera obligatoire "au moins jusqu'au 22 juin".

La levée d'un grand nombre de restrictions ne signifie pas pour autant un retour à la normale. L'application de traçage StopCovid, destinée à repérer la propagation du coronavirus, devrait être disponible à partir du mardi 2 juin à midi.

L'économie a repris un peu son souffle avec le début du déconfinement le 11 mai, mais elle ne retrouvera pas avant longtemps son niveau d'avant-crise en raison notamment d'une récession historique.

"Nous attendons tous que l'économie reparte", a noté Bruno Le Maire dimanche, avec pour "objectif stratégique", "que le plus grand nombre de Français qui vont être confrontés au chômage de masse puissent le plus rapidement possible retrouver un emploi".

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux