En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Covid: fermeture totale des bars et restaurants à Marseille et Aix dimanche soir, selon un arrêté


La fermeture totale des bars et restaurants, annoncée mercredi par le ministre de la Santé pour la métropole Aix-Marseille, visera seulement les villes de Marseille et Aix-en-Provence, dès dimanche soir, a précisé l'arrêté préfectoral publié dimanche, arrêté déjà contesté en justice.

Dans ces deux communes, en "zone d'alerte maximale" face au Covid-19, bars et restaurants devront fermer leurs portes ce dimanche à minuit et jusqu'au 11 octobre inclus, sauf pour d'éventuelles activités de livraisons et de vente à emporter, selon l'arrêté signé par le préfet des Bouches-du-Rhône Christophe Mirmand.

Ces mesures pourront être "réexaminées" avant l'échéance du 11 octobre, entrevoit cet arrêté, en ménageant "une revoyure dans huit jours" basée sur les indicateurs épidémiques de l'Agence régionale de santé de la région Paca.

Dès la publication officielle de cet arrêté, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Renaud Muselier, a annoncé avoir déposé un recours collectif en référé-liberté, devant le tribunal administratif de Marseille, contre cette fermeture totale imposée aux bars et restaurants marseillais et aixois.

- pas d'appel à la "désobéissance civile" -

Ce recours est porté par 20 professionnels de la restauration de Marseille et d'Aix-en-Provence, par les représentants locaux du monde économique et du secteur, ainsi que par la région Paca, le département des Bouches-du-Rhône, la métropole Aix-Marseille-Provence et la ville d'Aix-en-Provence. Parmi les institutions, seule la ville de Marseille, dirigée par la gauche, avec l'écologiste Michèle Rubirola pour maire, ne s'est donc pas jointe à cette démarche.

"C'est le droit qui tranche(ra)", insiste Renaud Muselier dans son communiqué, en précisant qu'il "n'appelerait jamais à la désobéissance civile".

Ces nouvelles mesures ne concernent donc pas les 90 autres communes de la métropole Aix-Marseille-Provence, une zone de 3.000 km2 pour 1,8 million d'habitants.

Cette évolution avait déjà filtré vendredi à l'issue de la rencontre entre le ministre Olivier Véran et plusieurs élus du département à la préfecture à Marseille. A l'issue de cette réunion, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, avait également annoncé que la mise en application de ces nouvelles directives était décalée à dimanche au lieu de samedi.

La fermeture des bars et restaurants concernera certes quinze autres communes du département, La Ciotat, Arles, Gardanne ou Martigues notamment. Mais, dans ces villes, ces établissements devront seulement fermer entre 22H00 à 06H00.

Ces mesures dévoilées mercredi par M. Véran avait déclenché la colère des professionnels et de nombreux élus de la métropole Aix-Marseille-Provence et notamment du premier adjoint au maire de Marseille, Benoît Payan, qui avait parlé "d'affront" fait à la deuxième ville de France.

Si certains gérants de bars ou de restaurants marseillais et aixois ont menacé de braver cette nouvelle interdiction d'ouverture, le président départemental de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie le leur a clairement déconseillé dimanche, à l'antenne de France Bleu Provence: "Sinon certains d'entre eux seront punis et on aura toutes les difficultés à les défendre", a averti Bernard Marty, annonçant par contre "des actions juridiques et physiques dans les heures ou les jours qui viennent".

Selon le dernier communiqué de l'AP-HM (Assistance publique hôpitaux de Marseille) samedi, 177 patients Covid-19 sont hospitalisés à travers la ville, dont 43 en réanimation sur 90 lits de réanimation disponibles au total. Ils étaient 21 dont 3 en réanimation le 14 août et 135 dont 29 en réanimation le 15 septembre, précise l'AP-HM.

Selon les chiffres de l'AP-HM transmis jeudi soir à l'AFP, le taux d'incidence du Covid-19 à Marseille était de 281 pour 100.000 au 20 septembre, en baisse cependant par rapport au 331 pour 100.000 une semaine plus tôt. C'est notamment ce chiffre, très nettement supérieur à la moyenne nationale de 100 pour 100.000, qui a conduit à placer la région marseillaise en "zone d'alerte maximale".

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux