En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Discours de politique générale: la réponse de sénateurs


Voici les principales déclarations des groupes politiques après le discours de politique générale d'Edouard Philippe jeudi devant le Sénat, selon leur ordre de passage.

- Hervé Marseille (centriste) : "Nous avons vocation à accompagner les réformes présentées, voire à les soutenir. Pour autant, à nos yeux, ce soutien ne constitue pas un alignement (...) Le groupe centriste souhaite unanimement la réussite de l'action de votre gouvernement. De toute façon, le pays n'a pas d'autre choix pour échapper aux démons qui le démangent. (...) C'est en fonction de cette appréciation pondérée que de nombreux sénateurs du groupe voteront favorablement la proposition que vous leur faites, les autres exprimeront par leur abstention une retenue bienveillante."

- Claude Malhuret (Indépendants) : "Vous nous annoncez une société de la confiance et de la justice: lever les freins à l'emploi, libérer les énergies, renforcer les collectivités territoriales et décentraliser, faciliter la mobilité sociale, renforcer l'égalité entre les territoires (...), et, vous avez commencé par cela, tout faire pour laisser à nos enfants une planète vivable. Rien qui ne puisse être approuvé, mais qui doit l'être avec vigilance."

- Dominique Estrosi-Sassone (LR): L'abstention majoritaire des Républicains, "c'est tout sauf un chèque en blanc: nous jugerons sur pièces, au cas par cas, texte par texte" lors de la suite du quinquennat. "Prenez garde que dans ce +nous+ et +eux+ que vous avez installé face au Rassemblement National, la perspective d'une réconciliation de tous les Français ne s'effondre".

- François Patriat (LREM): Il faut "accompagner" l'acte II du quinquennat "avec lucidité, courage et détermination". Aux sénateurs, "quels que soient vos choix, je vous incite au plus grand rassemblement". "Notre projet vise à réconcilier la France avec elle-même."

- Eliane Assassi (CRCE à dominante communiste): "Vous n'en avez pas fini avec les exigences de justice sociale et fiscale, les vraies (...) Votre acte II a un goût de réchauffé. (...) L'acte III de la décentralisation que vous annoncez s'annonce comme la mise à mort d'une République unie et solidaire. Nous ne voterons pas votre déclaration, nous ne soutiendrons pas ce projet qui s'attaque en profondeur à la solidarité nationale."

- Patrick Kanner (PS) : "La présentation de l'Acte II se passe comme si la crise sociale n'avait été qu'un entracte après l'acte I. Vous êtes remontés sur votre nuage de certitudes. (...) Permettez-moi de trouver vos injonctions à vous soutenir quelque peu opportunistes. Votre soi-disant recomposition politique passe d'abord par la destruction des partis politiques classiques (...) Nous n'approuverons pas votre déclaration de politique générale sur la base de l'article 49-4, manifestement utilisé aujourd'hui au Sénat comme une trappe à soutiens (...) et surtout comme une machine électorale à stigmatiser pour les prochaines échéances à venir."

- Jean-Claude Requier (RDSE, à majorité radicale): "La bipédie suppose un rapport harmonieux entre les deux jambes", gauche et droite." "Beaucoup de vos annonces vont dans le bon sens" et "les votes du RDSE sont divers: certains approuveront mais n'y voyez pas un blanc-seing, d'autres s'abstiendront, d'autres voteront contre. Ne doutez pas cependant que nous plaçons tous la réussite de notre pays au-dessus des contingences".

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux