En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Emplois francs: le gouvernement étend le dispositif à de nouveaux territoires


Le gouvernement a annoncé jeudi une vaste extension géographique des "emplois francs" afin de développer ce dispositif destiné à favoriser l'embauche des chômeurs des quartiers populaires mais au succès encore modeste après un an d'expérimentation.

Lors d'un déplacement dans une agence Pôle emploi du Val-de-Marne, les ministres Muriel Pénicaud (Travail), Julien Denormandie (Ville) et Annick Girardin (Outre-mer) ont indiqué que cette expérimentation, lancée en avril 2018, serait désormais ouverte à environ 430.000 demandeurs d'emplois de 738 quartiers prioritaires, contre 200.000 dans 194 quartiers jusqu'à présent.

Le nouveau périmètre inclut l'ensemble des quartiers politique de la ville (QPV) des Hauts-de-France, de l'Ile-de-France, des Ardennes, des Bouches-du-Rhône, de la Haute-Garonne, du Maine-et-Loire, du Vaucluse, ainsi que des départements et régions d'Outre-mer.

Jusqu'à présent il était limité à six agglomérations (Lille, Aix-Marseille, Angers, Roissy, Cergy-Pontoise, Evry-Grigny) et à la Seine-Saint-Denis.

Pour Mme Pénicaud, ce morcellement en "bouts de territoires" était un "frein".

"Pour Pôle emploi, ce sera plus facile de communiquer auprès des chefs d'entreprise sur des départements ou des régions complètes", a-t-elle expliqué, partant du principe qu'une meilleure visibilité favorisera un recours plus élevé.

L'aide à l'embauche est de 5.000 euros par an sur trois ans maximum pour un CDI et de 2.500 euros sur deux ans maximum pour un CDD. Elle est ouverte à n'importe quelle entreprise ou association, même si elle n'est pas située dans les quartiers ciblés.

Au 10 mars, 4.544 contrats avaient été signés alors que l'exécutif s'était initialement fixé un objectif de 12.000 à 15.000 contrats pour 2018, et 40.000 fin 2019.

"C'est déjà dix fois plus" que les emplois francs lancés sous le quinquennat Hollande qui avaient fait un flop en raison de critères très restrictifs, a cependant souligné Mme Pénicaud, qui espère maintenant 20.000 bénéficiaires fin 2019.

Mais la ministre s'est réjouie d'un succès "qualitatif". Environ "82% des contrats signés sont des CDI et 44% concernent des chômeurs de longue durée", a-t-elle souligné.

Dans un cas sur deux, le bénéficiaire travaille en dehors du quartier où il vit, "ce qui prouve qu'il est possible de lutter contre l'assignation à résidence", selon M. Denormandie.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux