En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

WN/ex-Whirlpool: ouverture d'une enquête préliminaire pour abus de bien sociaux


Le parquet d'Amiens a annoncé dimanche avoir ouvert une enquête préliminaire du chef d'abus de biens sociaux dans le dossier WN/ex-Whirlpool, suite aux conclusions d'un audit soulignant des zones d'ombres dans les comptes de l'entreprise placée en redressement judiciaire.

Cette enquête, qui doit durer plusieurs mois, "a été confiée le 2 septembre à l'antenne de la police judiciaire d'Amiens", a annoncé dans un communiqué le procureur de la République d'Amiens, Alexandre de Bosschère.

"Les investigations doivent notamment permettre de vérifier certaines des informations contenues dans le rapport d'audit", a-t-il précisé.

Selon les résultats de cet audit rendu public en juillet par Bercy, environ 98,5% des dépenses réalisées par WN, qui avait reçu des aides de l'Etat et de Whirlpool, étaient "directement liées à l'activité de l'entreprise", principalement aux paiement des salaires et à l'acquisition de machines. Mais quelque 179.000 euros suscitaient "des interrogations quant à leur montant et leur lien avec l'intérêt social d'une entreprise en création".

Le ministère de l'Economie avait notamment évoqué "des avantages en nature pour les dirigeants", comme des logements, voitures, une loge dans un stade de football, "des frais de déplacement" notamment à l'international ou des "frais de représentation".

"Je ne crois pas que l'argent public ait été mal employé. C'est plus une question de symbole et d'attitude, au fond", avait déclaré en juillet la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher.

"Sur les 179.000 euros qui suscitent des interrogations, nous allons transmettre l'audit au procureur de la République qui pourra poursuivre les investigations avec les moyens dont il dispose", avait-elle ajouté.

En mai 2018, l'industriel picard Nicolas Decayeux avait repris 162 des 282 ex-salariés de Whirlpool, après la décision du fabricant américain de sèche-linge ayant décidé de délocaliser sa production à Lodz (Pologne). Mais son entreprise, WN s'est retrouvée dans une impasse de trésorerie, faute de débouchés commerciaux concrets, malgré les aides apportées par l'Etat (2,5 millions d'euros) et l'ex-propriétaire du site, Whirlpool (7,4 millions d'euros).

Fin juillet, le tribunal de commerce avait validé l'offre de reprise partielle de WN par Ageco Agencement prévoyant le maintien de 44 postes et 138 licenciements.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux