En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Facteurs: la CGT ne signe pas l'accord et fait valoir son droit d'opposition


La CGT-FAPT de La Poste a annoncé jeudi qu'elle ne signerait pas l'accord sur les conditions de travail des facteurs, validé le 31 janvier, et qu'elle ferait valoir son droit d'opposition, comme SUD-PTT.

Ce droit d'opposition ne peut cependant bloquer l'accord, la direction de La Poste ayant modifié le périmètre de représentativité, étendu à la maison-mère. CGT et SUD n'y totalisent que 46,71% des voix, soit moins des 50% nécessaires pour un blocage, taux qu'ils atteignent en revanche au sein de la branche services-courrier-colis.

"La CGT FAPT, à l'appui de la consultation auprès des syndiqués et des personnels de la distribution ne signe pas un accord néfaste au quotidien pour les facteurs et l'encadrement et fait valoir son droit d'opposition", déclare-t-elle dans un communiqué.

"Dans leur majorité, les postières et les postiers affirment que loin de répondre à l'amélioration des conditions de travail, cet accord va déstructurer profondément le métier de facteur et d'encadrant. Les nouvelles organisations de travail validées par La Poste et des organisations syndicales minoritaires (CFDT, FO, CFTC et CGC) vont accroître encore un peu plus la productivité et la volonté de mettre un terme au rôle social du facteur", ajoute-t-elle.

La CGT (1e force syndicale) entend "agir avec le personnel pour prolonger et ouvrir de véritables négociations dans l'ensemble de tous les métiers du groupe la Poste".

Elle appelle à la "mobilisation" pour "faire converger toutes les luttes et toutes les actions" dès le 21 mars dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle pour l'industrie et le service public.

SUD-PTT "prend acte positivement" de la décision de la CGT et entend "étudier tous les recours possibles afin de contester la décision de la direction modifiant le périmètre de représentativité", a précisé un de ses représentants à l'AFP.

La signature officielle de la CFDT (21,05%), de la CFTC (3,45%), de la CFE-CGC (2,60%) et de FO (18,9%) a permis d'atteindre le seuil des 30% de voix nécessaires pour valider l'accord.

Il prévoit notamment l'embauche de 3.000 CDI à temps complet en 2017 et la limitation à 30 jours par agent et par an du principe de sécabilité (attribution à un facteur d'un secteur supplémentaire en plus de sa tournée en cas de besoin.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux