En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Le gouvernement commence à plancher sur le futur "revenu universel d'activité"


Le gouvernement a lancé jeudi les "travaux techniques" devant mener à la mise sur pied du futur "revenu universel d'activité", promis par Emmanuel Macron pour 2020 dans le cadre de sa stratégie de lutte contre la pauvreté.

La secrétaire d'Etat Christelle Dubos, notamment chargée de la lutte contre la pauvreté, a présidé le premier "comité d'orientation stratégique" du futur RUA, avant le lancement au printemps d'une "grande concertation" qui devra notamment préciser le périmètre de cette allocation, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

"A minima", le RUA inclura le RSA, les aides au logement et la prime d'activité, mais "tous les scénarios seront posés sur la table" en vue d'y inclure éventuellement des prestations supplémentaires, a détaillé Mme Dubos sur LCI.

Parmi les "pistes" possibles, le RUA pourrait aussi inclure l'ASS (allocation de solidarité spécifique, versée aux chômeurs en fin de droit), le minimum vieillesse, ou encore l'AAH (allocation aux adultes handicapés), a-t-elle énuméré.

Cette dernière hypothèse est toutefois "sensible", car les "associations qui accompagnent au quotidien les personnes handicapées sont un peu frileuses" face à cette éventuelle réforme, a-t-elle observé.

Quoi qu'il en soit, la nouvelle prestation devra "garantir la lisibilité et l'équité de notre système de protection sociale qui, généreux, est devenu aussi trop complexe", a souligné la secrétaire d'Etat. Il devra "lutter efficacement contre la pauvreté en demeurant incitatif à une reprise d'activité par ses bénéficiaires", a-t-elle ajouté.

"Notre objectif c'est un maximum de simplification: un seul dossier, un seul revenu, simplifions la vie des Français", a noté Mme Dubos sur LCI.

La concertation, prévue tout au long de l'année 2019, devra déboucher sur une loi en 2020. Elle comprendra un volet "institutionnel", associant notamment les représentants des associations, des collectivités territoriales et des partenaires sociaux, et un volet "citoyen, faisant notamment participer les bénéficiaires des minimas sociaux", a-t-elle précisé.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux