En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Grand débat : l'immigration, loin d'être prioritaire mais présente


La question de l'immigration, qui avait suscité une controverse quand Emmanuel Macron l'avait incluse dans le grand débat, est très peu évoquée lors des rencontres sur le terrain, mais bien présente dans les contributions en ligne des Français.

Mi-janvier, le choix du chef de l'État d'interroger les citoyens sur des "objectifs annuels" aux allures de quotas avait provoqué un tollé à gauche et dans les associations.

Un mois plus tard, quelques débats seulement, sur les quelque 6.000 programmés ou qui se sont déjà tenus sur le territoire, portent spécifiquement sur ce thème ou propose d'en discuter.

La question a cependant été abordée lors des déplacements d'Emmanuel Macron et le chef de l'État a répondu fermement sur le sujet.

"Que ça nous plaise ou pas, les migrations sont là", a-t-il affirmé le 4 février devant des élus de banlieue : "Notre ennemi ce n'est pas celui qui arrive et qui n'a pas choisi son destin. Ce sont les passeurs qui exploitent la misère et nos propres faiblesses".

L'essentiel des 3.500 débats qui ont déjà eu lieu se sont par ailleurs déroulés dans de petites communes, souvent rurales, où la question n'est pas prioritaire. Avec une concentration dans les départements isolés, où les revendications sur le prix du carburant, la hausse du pouvoir d'achat, sont au premier plan.

"Quand on regarde les préoccupations des Français de manière plus générale, l'immigration n'est pas le sujet prioritaire", relève Édouard Lecerf, directeur général adjoint de BVA.

Intégrée dans "démocratie et citoyenneté", l'un des quatre grands thèmes du débat national, la question est rarement au centre des discussions.

"Tant mieux, car je ne suis pas hyper-optimiste sur ce qui en sortirait. C'est la preuve que c'est plus un sujet politique qu'un sujet sur les territoires", confie un proche du chef de l'État.

- Fermeté en ligne -

Lors d'un débat organisé début février par le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Rassemblement national, le sujet n'a été abordé que brièvement en fin de rencontre.

Le thème de l'immigration n'est pas non plus central dans les revendications des "gilets jaunes", concentrées sur le pouvoir d'achat, le référendum d'initiative citoyenne (RIC) ou la baisse de la fiscalité.

Ils en parlent beaucoup sur les ronds-points, mais "pas aux caméras", soutient Marine Le Pen, la présidente du parti d'extrême droite Rassemblement National.

En vue des contributions des partis politiques au débat, Les Républicains consultent quant à eux leurs adhérents sur l'instauration de "plafonds d'immigration annuels" pour stoper "l'immigration de masse".

Pour Édouard Lecerf, la campagne pour les élections européennes du 26 mai qui suivra le grand débat "est le moment où la question de l'immigration sera plus facilement débattue. Avec l'Europe, il y a un levier plus efficace".

La question inscrite dans le questionnaire soumis aux Français par le chef de l'État n'a pas disparu pour autant du débat.

Chaque personne qui dépose une contribution en ligne est invitée à se prononcer et le ton est plutôt à la fermeté. Sur le thème "Immigration 0", "Des quotas !" "Établir le droit du sang. Définir des quotas comme dans de nombreux pays". Avec des références aux dispositifs déjà en place à l'étranger.

Pour d'autres, la fermeté doit s'accompagner d'une accélération des procédures pour régulariser les demandeurs d'asile dont les dossiers sont retenus.

En réponse à la question "une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?", une contributrice s'étonne : "Des objectifs quantitatifs en termes d'humains... Vous êtes sérieux ????"

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux