En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Ile-de-France: Buzyn veut "résorber les tensions" en pédiatrie avant l'hiver


La ministre de la Santé Agnès Buzyn a lancé une mission pour "résorber" avant l'hiver "les tensions" affectant les services de réanimation pédiatriques franciliens et qui ont entraîné des transferts d'enfants en province, a annoncé mercredi son cabinet.

"Depuis cet automne, les services de réanimation pédiatrique et de surveillance continue de la région Île-de-France connaissent des phénomènes de saturation, ayant conduit à des transferts de patients, hors région, loin de leur domicile et de leurs proches", a rappelé le ministère dans un communiqué.

A l'issue d'une réunion sur le sujet lundi, Agnès Buzyn a annoncé "le lancement d'une mission +flash+ d'appui de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) à l'ARS (agence régionale de santé) Île-de-France", est-il précisé.

Cette mission "apportera des préconisations de court et de moyen terme pour résorber les tensions et optimiser la couverture des besoins de la population pédiatrique de la région" à l'approche du pic épidémique de l'hiver, en particulier en matière de bronchiolite, explique le ministère.

Elle "identifiera, le cas échéant, les moyens nécessaires pour garantir un accueil des patients pédiatriques franciliens au plus proche de chez eux", ajoute-t-il.

Ses premières conclusions "sont attendues sous quinzaine pour un début des actions d'accompagnement des établissements de santé (...) dès la fin d'année".

La mission devra "s'appuyer" sur les plans présentés par le gouvernement ces dernières semaines pour les urgences et l'hôpital public.

Plus de 150 chefs de pôle et directeurs médicaux ont dénoncé lundi "l'incendie qui ravage l'hôpital", s'inquiétant notamment de voir "des nourrissons en détresse vitale (...) quotidiennement refusés en secteurs de soins intensifs, faute de lits ouverts en réanimation pédiatrique", dans une tribune publiée par Le Monde.

"Ces enfants sont régulièrement transférés dans des hôpitaux situés à plus de 200km de leur domicile", s'étaient-ils indignés.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux