En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Un "index des seniors" proposé par l'association des DRH


L'association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) propose un "index des seniors" sur le modèle de l'index de l'égalité professionnelle hommes/femmes, pour favoriser "l'embauche et le maintien en poste des seniors" face à l'allongement de la durée du travail rendu nécessaire par la réforme des retraites.

Lors de sa conférence de presse de rentrée mardi, l'ANDRH a jugé que l'index de l'égalité professionnelle - un indicateur sur 100 points du respect de l'égalité femmes/hommes en entreprise mis en place par le gouvernement - "permet vraiment d'améliorer le sujet" et a suggéré un dispositif du même type pour les seniors.

"Pour encourager l'évolution des pratiques au sein des entreprises, ne faut-il pas introduire une dose de discrimination positive? Et pourquoi pas un index des seniors?", interroge l'ANDRH.

La réforme en cours des retraites comme celle de l'assurance chômage, qui va introduire une dégressivité dans l'indemnisation des cadres, militent pour garder plus longtemps les seniors en emploi et mettre un terme à "la première discrimination du marché du travail, qui est celle de l'âge", observe l'association.

Mais rien n'incite selon elle concrètement les entreprises à garder ou embaucher les seniors. Un "index des seniors" prendrait en compte non pas des critères de rémunération comme pour l'index de l'égalité professionnelle mais des indicateurs comme le "turn over" des seniors ou la formation.

"Il s'agit d'aider les DRH qui vont de toute façon être confrontés à la problématique du fait des réformes en cours", explique Sandrine Lannuzel, secrétaire générale de l'ANDRH.

Cet "index" devrait être négocié entre partenaires sociaux, comme l'index d'égalité professionnelle.

Le taux d'emploi des 60-64 ans a augmenté de 13,5 points entre 2007 et 2017, mais il reste peu élevé à 29,2% (contre 72,4% des 55-59 ans), selon l'Insee.

L'âge est le premier facteur de discrimination perçu par les salariés selon l'enquête "The workforce view in Europe 2019" menée auprès de 10.585 salariés dans huit pays européens en octobre 2018. Plus d'un tiers (36%) des 1.410 salariés français interrogés estiment avoir été discriminés sur leur lieu de travail du fait de l'âge, contre 20% seulement qui citent l'apparence et 19% le genre.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux