En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Larcher fait la synthèse de son Tour de France des régions pour rebâtir la droite


Le président du Sénat Gérard Larcher, qui ambitionne de rebâtir la droite et le centre après la déroute des Européennes, a présenté la synthèse de quatre mois de consultations en régions jeudi à Sèvres (Hauts-de-Seine), où il a appelé à "reconstruire les chemins de la confiance".

"Nous ne pouvons nous résoudre à voir notre démocratie se réduire à un choix binaire, comme au scrutin européen, entre La République en marche et le Rassemblement national", a affirmé M. Larcher, refusant de voir "au soir du deuxième tour de la présidentielle deux visages qu'on a déjà vus en 2017, avec un jour, méfions-nous, le risque de l'inversion du score".

"La question numéro un est la confiance", a-t-il ajouté, alors qu'un sondage publié jeudi révèle que 77% des Français sont tentés par la "protestation électorale" (abstention, vote blanc ou vote "populiste").

Depuis la débâcle de LR aux Européennes (8,5% des voix), M. Larcher s'est engagé à fond dans la refondation d'une alternative politique rassemblant "du centre aux gaullistes, aux libéraux, aux démocrates chrétiens, à la droite", mais "dans un esprit ouvert" et "sans concurrence avec nos formations politiques qui doivent se reconstruire", a-t-il souligné.

"Oui, il peut y avoir une alternative à Emmanuel Macron qui ne soit pas Marine Le Pen. C'est à nous de la construire en nous rassemblant", a affirmé la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui a quitté LR.

Cette réunion avait lieu à trois jours de l'élection du futur président de LR, à laquelle Christian Jacob, Guillaume Larrivé et Julien Aubert sont candidats. Aucun n'était présent jeudi.

"Hélas, on a peut-être un peu trop joué aux apprentis sorciers ces dernières années. Ayons le courage de faire des additions, celles qui nous ont fait défaut", a affirmé le maire de Nice Christian Estrosi.

Exemples de cette "addition", le président de la région PACA Renaud Muselier et celui de la région Normandie Hervé Morin étaient également présents.

Depuis juin, onze conventions en régions ont été organisées -- réindustrialisation dans les Hauts-de-France, ruralité en Normandie... -- dont une synthèse de 42 pages a été présentée jeudi.

D'ici mi-novembre sera rédigée une "plateforme" de propositions dans laquelle les candidats aux municipales pourront piocher.

Le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau, celui de l'Assemblée des départements de France Dominique Bussereau et celui de l'Association des maires de France François Baroin, étaient également présents.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux