En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Les mesures prises par le gouvernement après le suicide de Christine Renom


Depuis le suicide de la directrice d'école Christine Renon il y a un an, le ministère de l'Education a annoncé des mesures visant à alléger la charge de travail des directeurs, mis à rude épreuve par la crise du coronavirus.

Groupes de travail avec les syndicats

Le ministère a lancé dès la rentrée des groupes de travail sur la problématique des directeurs et directrices d'école avec les organisations syndicales sur plusieurs thématiques: les décharges (qui permettent de ne pas avoir à tenir une classe pendant une période donnée), la délégation de compétences (les missions qui leur sont attribuées), la rémunération, le déroulement de carrière et enfin la sécurité.

A l'issue de ces échanges, le ministre Jean-Michel Blanquer "fera mi-octobre un premier bilan sur l'agenda social et devrait acter un certain nombre de choses", selon Vincent Soetemont, directeur général des ressources humaines (DGRH) de l'Education nationale.

L'Assemblée s'est déjà penchée en juin sur l'amélioration de la situation de la profession. Une proposition de loi de la députée Cécile Rilhac (LREM) vise notamment à leur reconnaître "une fonction pleine et entière" et se veut une "première étape" pour leur faciliter la tâche.

Le texte doit être examiné au Sénat à l'automne.

Prime exceptionnelle

Une prime de 450 euros doit être versée "probablement en novembre" aux directeurs et directrices en poste en cette rentrée scolaire, selon le ministère. Ce montant a été annoncé par M. Blanquer lors de sa conférence de presse de rentrée.

"C'est un signal important envoyé dans leur direction mais cela ne répond pas à une problématique durable", regrette Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, qui suggère une prime "reconduite chaque année".

Cette somme doit leur être versée "dans l'attente de travaux approfondis sur la rémunération et l'avancement. Nous discutons avec les syndicats afin d'arriver à une revalorisation pérenne qui soit durable dans le temps", a affirmé à l'AFP Vincent Soetemont.

Soutien administratif

Le ministère a annoncé que le nombre de jeunes en service civique dans les écoles, va passer de 10.000 à 12.500 dès cette année afin d'appuyer les directeurs, notamment dans les relations avec les familles.

Idem concernant les étudiants en pré-professionnalisation - cursus proposés à partir de la licence (L2) aux jeunes se destinant au métier de professeur. "On en avait recruté 700 l'an dernier, et on en recrute 900 supplémentaires cette année. Ce sont des jeunes qui, au fil de l'avancée de leur formation, peuvent prendre en charge des petits groupes d'élèves, notamment dans les classes de directeur", précise le ministère.

Décharge

Ainsi qu'annoncé en juillet, tout directeur d'école bénéficiera de deux jours de formation par an.

Les directeurs départementaux (DASEN) pourront aussi accorder des décharges ponctuelles complémentaires aux directeurs d'école et, enfin, ils auront pleine autonomie dans la programmation et la mise en oeuvre des 108 heures d'obligation de service.

"Le ministre a pris l'engagement qu'il y aurait en 2021 une augmentation de nombre de décharges, répondant ainsi à un point très important", a affirmé Vincent Soetemont.

"Le problème, c'est que nous n'avons aucune vision sur le long terme, aucun engagement sur ce qui sera mis concrètement sur la table, c'est fort dommage car il y a urgence", a regretté Dominique Bruneau du Sgen-CFDT.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux