En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Les négociations sur l'égalité femmes/hommes patinent dans la fonction publique


Les négociations sur l'égalité entre les femmes et les hommes dans la fonction publique patinent autour de la question de la sanction des employeurs défaillants, selon les syndicats, au sortir d'une nouvelle réunion avec le secrétaire d'État en charge de la Fonction publique Olivier Dussopt lundi.

"On sent que le gouvernement n'est pas complètement fermé sur la question des sanctions", a déclaré à l'AFP Mylène Jacquot de la CFDT Fonction publique (2e syndicat représentatif) à l'issue de la réunion, tout en concédant que cela risquait "d'être un point compliqué".

Dans un courrier envoyé au secrétaire d'État en juillet, huit syndicats de fonctionnaires avaient demandé "des actes forts" et "pas de simples mesures d'affichage". Ils avaient exigé que le nouvel accord débouche sur "l'instauration de mesures contraignantes pour les employeurs".

Des "mesures contraignantes" que Luc Farré (Unsa, 4e syndicat) "attend toujours", a-t-il indiqué avant la réunion, se basant sur la deuxième version de l'avant-projet, reçue en milieu de semaine dernière par les syndicats et à laquelle ils étaient invités à réagir lors de la réunion lundi.

"Le secteur public devrait être exemplaire: on ne peut pas être en deçà de ce qui est prévu dans le privé", a de même déploré Céline Verzeletti (CGT, 1er) en rappelant que le principe de pénalités pour les entreprises privées a été acté dans la loi "avenir professionnel".

Cette deuxième version n'a pas convaincu les syndicats: la CFDT y voit "encore des marges de progrès", la CGT "pas d'avancée concrète".

Mme Verzeletti réclame notamment une "obligation de résultats" dans les plans d'action dédiés à l'égalité entre les hommes et les femmes que devront élaborer les employeurs publics en vertu du nouvel accord.

Elle regrette que le texte "s'intéresse seulement aux écarts de rémunération inexpliqués mais pas à ceux entre les différentes filières".

En 2015, le salaire net des femmes était "inférieur en moyenne de 13,1% à celui des hommes" dans la fonction publique, selon l'administration de la Fonction publique.

"La revalorisation des métiers féminisés est un point essentiel, qui n'a pas été retenu", regrette aussi Luc Farré pour qui le texte n'est "pas suffisant" même s'il va dans le "bon sens".

Constatant néanmoins des avancées, la CGT va demander à "desserrer le calendrier", a indiqué Céline Verzeletti, pour prolonger les discussions.

La signature du nouveau protocole d'accord est pour l'instant prévue le 26 novembre.

Les organisations syndicales doivent recevoir une troisième version de l'accord le 22 octobre, avant une nouvelle réunion le 24, a précisé Mylène Jacquot.

FO, "toujours en attente de réponses" sur ses "interventions, demandes et revendications", n'a à nouveau pas participé à cette réunion.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux