En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Pénuries de médicaments: le gouvernement prévoit le "renforcement" des sanctions (Philippe)


Après des difficultés d'approvisionnement de médicaments ces dernières années, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé jeudi le "renforcement d'un certain nombre de sanctions" qui pourront aller jusqu'à un million d'euros contre les laboratoires qui n'anticipent pas assez les pénuries.

Ces sanctions seront introduites dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020.

Le chef du gouvernement a indiqué lors d'une conférence de presse vouloir "renforcer un certain nombre de sanctions qui peuvent être imposées lorsque l'information de l'agence nationale n'est pas suffisante, lorsqu'elle est trop tardive ou lorsque la constitution de stocks n'est pas à la hauteur de l'exigence et de l'intérêt que nous décelons".

Édouard Philippe a souligné "la nécessité d'avoir un comportement exemplaire", évoquant un "sujet difficile et qui suscite des inquiétudes du côté des Français", après avoir reçu à Matignon une délégation d'entreprises du secteur du médicament (Leem).

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé les trois cas pour lesquels des sanctions seront prévues et qui figureront dans le PLFSS 2020. Les industriels devront désormais "augmenter la durée des stocks disponibles sur le territoire national pour pallier d'éventuelles pénuries" s'il s'agit de "médicaments d'intérêt thérapeutique majeur ou qui n'ont pas d'alternative".

Pour ces médicaments, "deux à quatre mois de stock de sécurité obligatoire" seront requis, a détaillé Édouard Philippe sur Twitter.

Des sanctions seront également prévues en cas d'arrêt de commercialisation s'ils n'ont "pas suffisamment prévenu à l'avance l'agence du médicament" ou s'ils n'ont "pas préparé suffisamment à l'avance des alternatives". Enfin, ils devront éviter des "défaillances dans la gestion des risques".

Matignon a ensuite précisé qu'en cas de rupture, "l'entreprise pourra se voir appliquer une sanction pour chaque jour de rupture pouvant aller jusqu'à un maximum de 30% du chiffre d'affaires journalier moyen réalisé en France, dans la limite de 10% du chiffre d'affaires annuel ou 1 million d'euros.

- Doutes des professionnels -

Réagissant à l'annonce de ce plan, Frédéric Collet, le président du Leem, a souligné qu'il y avait "déjà des sanctions, notamment sur l'information qui doit être donnée".

"La France fait partie des pays dont le cadre réglementaire autour de la disponibilité des médicaments est le plus large. Nous bénéficions déjà d'un arsenal très complet. Je ne suis pas sûr que de nouvelles sanctions amélioreraient la situation", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Lorsque l'on parle de sanctions supplémentaires, il faut comprendre de quoi il s'agit et surtout comprendre si elles viennent contribuer à résoudre une situation ou au contraire potentiellement à la rendre plus complexe", a commenté M. Collet.

Pour le président du Leem, il s'agit d'un phénomène "qui implique un grand nombre d'acteurs divers. Les industriels et fabricants de médicaments prennent leur part pour tout ce qui les concerne, mais nous ne sommes pas les seuls acteurs de cette chaîne".

La ministre de la Santé avait déjà dévoilé une "feuille de route provisoire" qui prévoyait notamment la généralisation en 2020 d'une plateforme permettant entres autres aux pharmaciens de signaler les ruptures d'approvisionnement au laboratoire concerné.

Les tensions d'approvisionnement des médicaments se sont amplifiées ces dernières années, en raison de multiples facteurs: hausse de la demande mondiale, prix de vente de certains traitements jugés peu attrayants par les laboratoires ou les intermédiaires mais aussi politique de "flux tendu" visant à limiter les stocks, forte concentration des sites de production, parfois situés à grande distance, en Inde ou en Chine...

Un quart des Français s'est déjà vu refuser la délivrance d'un médicament ou d'un vaccin pour cause de pénurie, selon une enquête publiée en janvier à l'initiative de France Assos Santé.

Et selon l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), les signalements de tensions d'approvisionnement ont été multipliés par 20 en 10 ans, pour atteindre 868 cas en 2018.

ast-jmt-pba-lem/tq/cam

TWITTER

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux