En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

PSE chez Cargill: "la direction ne respecte pas ses engagements" selon des députés et syndicalistes


La direction de Cargill "ne respecte pas les engagements pris devant l'Etat" sur le PSE engagé dans l'usine d'Haubourdin (Nord), a dénoncé vendredi le député LFI Adrien Quatennens après une rencontre avec des représentants syndicaux, annonçant son intention "d'interpeller le gouvernement" avec deux autres parlementaires.

L'administration a validé le 17 juillet le plan de sauvegarde de l'emploi pour l'usine d'Haubourdin (Nord) de Cargill, géant américain du négoce et de la transformation des matières premières agricoles, "susceptible de conduire au licenciement de 186 salariés" selon la décision consultée par l'AFP.

L'usine emploie environ 300 personnes pour transformer du maïs, en provenance essentiellement du sud de la France et du sud de l'Europe. La direction entend abandonner l'activité d'extraction d'amidon, qu'elle dit être déficitaire, pour se "repositionner" sur sa transformation.

Mi-juillet, "nous avions participé à une réunion de concertation en préfecture, lors de laquelle la direction avait pris un certain nombre d'engagements (...) Il s'avère aujourd'hui qu'elle ne (les) respecte pas !", a estimé Adrien Quatennens après une réunion avec des représentants CGT, où le député PCF Fabien Roussel et le sénateur communiste Eric Bocquet étaient présents.

"S'agissant du nombre de suppressions de postes, elle s'était engagée à ne pas dépasser 130 salariés, et finalement (...) on sera autour de 170 à 186 personnes concernées. La direction s'était également engagée à (...) muscler davantage les moyens en termes de formation, rien n'a été respecté", a-t-il expliqué.

Pour l'élu LFI, cette concertation "a seulement servi de belle opération de communication".

Par ailleurs, "désormais, la matière première qui avant arrivait de France par le rail arrive désormais de l'étranger, par camion", a encore déploré M. Quatennens, évoquant "la quarantaine de camions venant chaque jour fournir une matière auparavant produite sur le site".

"A l'heure ou le gouvernement nous parle de relocalisation, de transition écologique... C'est une catastrophe écologique", a-t-il ajouté, regrettant aussi qu'avec une quarantaine de salariés au chômage partiel, "Cargill bénéficie toujours des aides de l'Etat, alors qu'il licencie".

MM. Quatennens, Roussel et Bocquet vont donc écrire aux ministres Bruno Le Maire (Economie) et Agnès Pannier Runacher (Industrie) pour les "interpeller (...) et les appeler à reconsidérer le dossier à l'aune de la crise sanitaire", alors que Cargill "produit notamment le glucose qu'on retrouve dans les poches de perfusion à l'hôpital".

Les salariés ont eux rendez-vous le 29 septembre au tribunal judiciaire de Lille, pour une audience en référé visant à réclamer l'annulation du PSE.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux