En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Retraites: les députés LREM entre soulagement et vigilance


Soulagement et "détermination" renforcée pour les uns, vigilance maintenue pour d'autres: les députés "marcheurs" réunis lundi en séminaire se félicitaient du retrait sous conditions de l'âge pivot de la réforme des retraites.

"La totalité de la majorité est satisfaite" de l'annonce samedi du Premier ministre, un "pas substantiel", après plus d'un mois de crise sociale, a assuré devant la presse le patron du groupe LREM Gilles Le Gendre.

"Notre groupe aussi a concouru" à cette solution, a-t-il ajouté, alors que les échanges avec le gouvernement se sont multipliés et que certains avaient mis la pression en fin de semaine dernière pour un compromis avec les syndicats réformistes.

Il y a "un vrai enthousiasme de toutes les ailes" de la majorité, affirme aussi Laetitia Saint-Paul, relevant que l'âge pivot n'est pas "le coeur de la réforme" et "ne figurait pas dans le programme présidentiel".

Le retrait provisoire de l'âge pivot permet de "rassembler", selon Lionel Causse, un des "ambassadeurs retraite" du groupe LREM. "Le paramétrique, je n'y étais pas favorable (dans cette réforme) car il faut en fait en discuter tout le temps, en lien avec la croissance, l'emploi..."

"Le fait que la CFDT et l'Unsa crient victoire est de nature à rassurer l'aile gauche mais aussi le ventre mou (du groupe) qui voit ça comme une preuve de l'habileté de l'exécutif", selon une source parlementaire.

Figure de l'aile gauche, Jean-François Cesarini a déjà indiqué qu'il allait travailler à "des solutions de financement plus justes" et qu'il resterait "vigilant".

Comment va se passer la première lecture de la réforme à l'Assemblée à partir du 17 février, sans la mesure d'équilibre financier? "On va se concentrer sur l'architecture, le nouveau système à points" et "l'objectif est d'intégrer un accord des partenaires sociaux" ultérieurement, déclare Roland Lescure, président de la commission des Affaires économiques, pour qui il n'y a "pas d'entourloupe".

Le financement jusqu'en 2027 que devait assurer l'âge pivot "représente une toute petite partie du texte, tout le reste est stabilisé", relativise aussi Gilles Le Gendre.

Quid d'un éventuel usage du 49-3 pour faire adopter la loi sans vote? De nombreux "marcheurs" n'en voient pas la nécessité car "il n'y a pas de problème de majorité".

Mais selon certains, si les oppositions à coup d'amendements d'obstruction "nous refont le coup de la réforme constitutionnelle", bloquée à l'été 2018 en pleine affaire Benalla, alors cette arme constitutionnelle pourrait être une option.

S'appuyant sur cet exemple de l'âge pivot, Benoit Simian, autre député macroniste, note "un virage dans la méthode" de l'acte 2 du quinquennat, avec davantage de prise en compte du terrain.

Les territoires étaient le thème central du séminaire LREM, où une application en ligne, "Kilomètre O", a été présentée: elle permet à chaque parlementaire de suivre l'application de 20 réformes (100 d'ici juin) jusqu'à l'échelle d'une commune.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux