En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Risques psycho-sociaux chez Technip France: échec d'une médiation, le dossier sera plaidé


La médiation judiciaire engagée entre les représentants du personnel de Technip France (groupe TechnipFMC) et la direction pour tenter de remédier aux risques psycho-sociaux dans l'entreprise, objet d'une assignation pour violation de son obligation de sécurité, a échoué, a-t-on appris jeudi de sources syndicale.

Les instances représentatives de Technip France (comité d'entreprise et comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) et les syndicats CFDT et CGT, à l'origine de cette assignation début juin en raison d'un mal-être "aigu" dans la société de services pétroliers, ont acté "l'échec de la médiation" lors d'une audience au tribunal de grande instance de Nanterre mardi.

"Lors de cette médiation, nous pensions que la direction viendrait avec son propre diagnostic et qu'un échange constructif pourrait alors s'engager sur les mesures prioritaires à mettre en place. Tel n'a pas été le cas", expliquent les syndicats CGT et CFDT dans un tract distribué jeudi.

"La procédure juridique reprend donc son cours et rendez-vous est pris au tribunal pour plaider ce dossier" le 5 février, indiquent-ils, tout en soulignant qu'ils restent "ouverts au dialogue".

Interrogée par l'AFP, la direction a confirmé que la médiation était terminée, assurant que "c'est la CFDT qui a choisi d'y mettre fin". "Nous souhaitions bien évidemment la continuer pour aboutir à une solution positive pour tous", a ajouté la même source.

Les représentants du personnel avaient assigné la direction pour "violation grave de son obligation de sécurité et de prévention", s'agissant notamment des risques psycho-sociaux (RPS), après l'avoir alertée à plusieurs reprises. Ils s'appuyaient sur des expertises et enquêtes sur de multiples cas de souffrance au travail, avec des démissions à la hausse et un suicide au bureau en 2016.

Leur procédure a été confortée par une mise en demeure de l'administration du travail pour "non-respect du principe général de prévention d'évaluation des risques".

Dans le cadre de la médiation, "une seule réunion" a eu lieu en octobre, ont précisé à l'AFP Christophe Héraud, délégué CFDT, et Bénédicte Ronin, secrétaire du CHSCT. Une autre a été "annulée par la direction" en novembre et, pendant ce temps, "les démissions continuent, comme les burn-out et les difficultés de recrutement", ont-ils ajouté.

Selon M. Héraud, le nombre de démissions cette année devrait atteindre les "170", contre 136 en 2017 et une soixantaine en moyenne chaque année entre 2011 et 2016.

sp/lum/phc

TECHNIP

TechnipFMC

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux