En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Xavier Piechaczyk nommé à la tête de RTE


Le conseil de surveillance de RTE a décidé vendredi de nommer Xavier Piechaczyk à la présidence du directoire de l'organisme, chargé de gérer le réseau électrique à haute tension.

Cet ingénieur de formation, qui fait déjà partie du directoire de Réseau de Transport d'Electricité (RTE) depuis 2015, succède à l'ancien député François Brottes, qui ne pouvait exercer un nouveau mandat pour cause d'âge maximal atteint.

M. Piechaczyk, qui prendra ses fonctions en septembre pour un mandat de 5 ans, a été désigné après l'accord de la ministre de la Transition écologique, précise le communiqué de RTE.

Ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts, Xavier Piechaczyk, 50 ans, fut notamment entre 2012 et 2015 conseiller du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis du président François Hollande, chargé de l'énergie, des transports, du logement et de l'environnement.

Auparavant, en tant que directeur-adjoint des services de transport, il avait été en charge de questions de règlementation, sécurité et aspects sociaux des transports terrestres. Il a aussi occupé à plusieurs reprises des fonctions de maître d'ouvrage d'infrastructures, aux ministères de l'Equipement ou de l'Ecologie.

"Son parcours professionnel depuis 2000 lui a donné l'occasion de travailler en étroite collaboration avec les industriels des secteurs de l'énergie, du transport ou de la construction, mais aussi avec l'Etat, les collectivités territoriales, les acteurs de la protection de l'environnement ainsi que les organisations syndicales", souligne RTE.

Parmi les chantiers qui l'attendent, RTE avait présenté fin 2019 son plan décennal pour moderniser et numériser le système électrique français, créer des interconnexions avec les pays voisins ou encore développer les énergies renouvelables, évaluant les besoins d'investissements à 33 milliards d'euros sur 15 ans.

Dans une délibération portant sur ce plan et publiée vendredi, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) se dit "favorable à une évolution du réseau de transport d'électricité qui allie investissements et recours aux flexibilités".

La CRE soutient notamment "les grands principes" du schéma, qui vise à "optimiser les coûts liés à l'adaptation du réseau à la transition énergétique et à limiter son impact environnemental".

Selon le régulateur de l'énergie, "le recours aux flexibilités et la politique de gestion des actifs présentés par RTE permettront de maîtriser les investissements".

Ainsi le concept de "dimensionnement optimal", qui consiste à moduler ponctuellement la production de certains sites pour éviter la construction de nouveaux ouvrages de réseaux, pourrait éviter 7 milliards d'euros d'investissements, souligne la CRE, qui accueille positivement la dernière feuille de route sur les flexibilités remise par RTE.

Parmi les outils de flexibilité, peuvent figurer, outre le recours ponctuel aux limitations de production, le pilotage de la consommation, les interconnexions avec les pays voisins, ou encore le stockage.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux