En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Opinions

Les enjeux de la COP 21

Dimanche 6 décembre 2015


Comme la CoP 21 se passe à Paris, il est difficile de comprendre ce qui, dans le traitement médiatique qui en est fait, relève d’une actualité locale [1] ou d’une véritable importance sur le fond.

L’accord de Paris est destiné à prévoir ce que les Etats devront faire à partir de 2020 pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des deux degrés à l’horizon 2100 [2].

Pour ce faire, les Etats ont dû remettre leurs propositions d’engagements à réduire leurs émissions de Co2. Problèmes : chaque Etat est libre de décider quelle année de référence il choisit (1990 ? 2005 ?), quel horizon (2025 ? 2030 ?), et ce que son  mode de calcul prend en compte (les forêts, etc.). En outre, il n’existe aucun mécanisme de vérification et de suivi des engagements qui soit partagé par l’ensemble des Etats. Dès lors, comment mesurer l’efficacité des efforts pour rester en dessous des seuils fatidiques, projeter les besoins en financements, etc. ?

Par ailleurs, la question du statut de l’accord qui sortira de Paris est complexe : en 2009, à Copenhague, les Etats n’étaient pas parvenus à s’accorder sur un texte qui les lierait juridiquement  à leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre (GES). Pour sortir de l’impasse, il a donc été décidé de permettre aux Etats de proposer à leur guise une diminution de leurs GES ; ainsi le texte ne parle plus d’engagement mais de contribution. En dépit de ce passe-passe sémantique, la situation demeure toujours complexe : l’administration Obama ne peut s’engager sur un traité–texte juridiquement contraignant, car il serait de toutes les façons rejeté par la Sénat républicain [3]. La CoP 21 pourrait donc aboutir à un texte non contraignant, mais comportant des modalités universelles de comptabilisation des émissions nationales et de vérification des actions.

Un des autres principaux points de blocage est celui des financements sur lequel nous reviendrons dans une fiche ultérieure.

Auteur : Natacha SEGUIN - Centre Etudes & Prospective

 Pour aller plus loin :

Site officiel de la COP 21


[1] Les CoP précédentes n’ont pas bénéficié de la même couverture médiatique en France.

[2] Notons que pour les petits Etats insulaires, c’est un seuil à 1,5 degré qui sauverait leur intégrité territoriale.

[3] Rappelons que le protocole de Kyoto, s’il a été signé par les Etats-Unis, n’a jamais été ratifié et n’est donc jamais entré en vigueur.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux