En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Opinions

Des salariés au conseil !

Mercredi 9 septembre 2009


Des salariés au conseil !

La récession en cours, par la brutalité même avec laquelle elle frappe certains secteurs de l’économie, offre l’occasion de faire évoluer la gouvernance des entreprises. C’est le moment en effet de réfléchir au renforcement du pouvoir des salariés et de leurs représentants dans la vie des entreprises. Ils sont souvent bien placés pour anticiper les difficultés et la logique de leurs interventions n’est pas d’abord fondée sur des critères financiers qui sont aujourd’hui sur la sellette.

Pour l’instant, l’intervention des représentants du personnel dans la gestion des entreprises passe par les prérogatives économiques des comités d’entreprise (CE), qui doivent souvent être informés et consultés. Les avantages de cette démarche sont connus, mais elle a l’inconvénient de ne pas vraiment associer les élus du CE à la réflexion stratégique qui a précédé les décisions. Le choix étant déjà arrêté, la marge de manœuvre des représentants du personnel en est forcément réduite et ne porte souvent que sur la mise en œuvre.

De fait, en matière d’emploi et de stratégie industrielle, l’information-consultation des CE est très souvent un substitut à une véritable négociation. On nous dira que la stratégie ne se négocie pas, mais ce qui est en jeu, c’est la qualité du dialogue qui précède les décisions. Il y a là un sujet d’interrogation pour le législateur, mais aussi pour les partenaires sociaux. Nous ne sommes pas en Allemagne et la cogestion n’est certes pas dans les gènes des relations entre patronat et syndicats. Mais si l’on veut favoriser le dialogue, tout en développant un contre-pouvoir utile pour défendre des critères de choix auxquels les actionnaires et les managers ne se réfèrent pas spontanément, pourquoi ne pas accorder à des représentants du personnel un véritable statut d’administrateur ? Ils seront certes minoritaires au sein des conseils d’administration. On restera donc loin de la parité allemande, au demeurant un peu illusoire et aujourd’hui fragilisée. Ils n’en auront pas moins une information de qualité en amont des grandes décisions.

Cela exigera certes d’eux une discipline nouvelle en matière de confidentialité. Un exercice auquel certains se sont déjà habitués dans quelques grands groupes. Cela permettrait de faire entendre au sein des conseils une musique plus intéressante que celle des administrateurs « indépendants », souvent bien peu au fait des réalités de l’entreprise. De plus, les administrateurs salariés aideraient sans doute le reste du conseil à maîtriser les initiatives de dirigeants qui se sont parfois exonérés de tout contrôle, y compris celui qui est censé émaner des actionnaires.

 

Chronique publiée dans l'édition n°278 - mars 2009 - de la revue Alternatives économiques : http://www.alternatives-economiques.fr/

 

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux