En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Témoignage Association Morgane

Depuis près de huit ans, le Groupe Alpha soutient l’action de l’Association Morgane, créée par l’un de ses salariés, Pierre Grossmann, et sa femme, Blandine Devouge, en janvier 2003, à la suite du décès accidentel de leur fille Morgane, survenu en décembre 2001. Tout est parti d’une envie de donner vie au projet de carrière de Morgane : enseigner en Afrique. Soutenu au départ principalement par des amis, le projet a pris, en quelques années, une dimension bien plus large, mobilisant des collectivités de la région nantaise et, sur place, les autorités publiques ainsi, même, qu’une ONG américaine, qui assure, gratuitement, la livraison des aliments secs au groupe scolaire.

Retour sur une aventure humaine exceptionnelle, avec Blandine Devouge, Présidente de l’Association Morgane.

Groupe Alpha : Vous présidez depuis 8 huit ans l’Association Morgane que vous avez créée avec votre mari, Pierre Grossmann. Quels étaient vos objectifs au démarrage de ce projet ?

Blandine Devouge, Présidente de l’Association Morgane : Donner corps au projet que Morgane souhaitait mener à la fin de ses études. Elle est le pilier de notre action à Dagana, au Sénégal. Son enthousiasme, son entrain et son envie de s’engager auprès des enfants ont rendu possible la réalisation du projet qu’elle n’a pu mener à bien et que nous menons depuis 2003, date de la création de l’association Morgane. Tout est allé très vite. En novembre 2005, nous avons inauguré le centre de formation des maîtres, qui, à la demande de nos partenaires sénégalais, porte le nom de notre fille. Aujourd’hui, le groupe scolaire Célestin-Freinet est quasiment achevé, avec 7 classes élémentaires et une classe maternelle. A la rentrée 2011, l’école maternelle comptera trois classes, une pour chaque section. Le centre et le groupe scolaire comportent également des toilettes, une cuisine, une bibliothèque et un cyber-centre. C’est un lieu d’apprentissage pour des enfants et un lieu d’expérimentation pour les adultes, dans la ligne droite de la pédagogie Freinet que Morgane avait découverte et qu’elle souhaitait mettre en pratique elle-même en s’engageant auprès des enfants des pays en voie de développement.

Groupe Alpha : Vous étiez éloignés de cet univers de l’enseignement et de l’Afrique. Tout n’a pas dû être simple pour parvenir à un tel résultat. De quoi êtes-vous le plus fiers ?

Blandine Devouge : Sans doute, deux choses principales. D’une part, d’avoir respecté la vision que Morgane avait de sa future carrière d’enseignante. D’autre part, d’avoir su nouer des relations de grande qualité avec les autorités locales et nos partenaires sénégalais. Quand nous nous sommes lancés dans ce projet, nous avons eu la chance, via Jean Le Gal, spécialiste en France de la pédagogie Freinet, de rencontrer un homme extraordinaire, Papa Meïssa Hanne, aujourd’hui directeur de l’école et Président de l’Association sénégalaise de l’école moderne (Asem), qui prônait ce type d’enseignement au Sénégal. Notre rencontre a permis la réussite du centre Morgane-Grossmann.

Groupe Alpha : Comment avez-vous procédé ?

Blandine Devouge : Au départ nous avons bénéficié du soutien moral et financier de nos amis. Sans eux, rien n’aurait été possible. Aujourd’hui, l’Association Morgane compte 650 membres. Notre projet est soutenu par nos amis, nos familles, nos collègues de travail - des particuliers -, quelques entreprises, telles que le Groupe ALPHA, qui nous accompagne depuis 2005, mais aussi par des collectivités territoriales, au premier rang desquelles la région Pays-de-la-Loire et sporadiquement le département de Loire-Atlantique. Pour le moment, 80 % des fonds que nous engageons sont consacrés aux équipements et à la construction des locaux. 20 % vont à l’aide à la formation. Il est évident à nos yeux que notre réussite repose, en premier lieu, sur la détermination que nous avait transmise Morgane. Elle dégageait une force de conviction, un engagement et une passion qui nous ont portés, accompagnés. Grâce à cette aura qu’elle transmettait, le meilleur a été permis.

Je pense notamment aux principes de construction bioclimatique qui ont prévalu à Dagana. Nous avons pris en compte les contraintes locales. C’est surtout vrai pour les locaux du groupe scolaire : aucun mur ne reçoit le soleil en direct ; l’air circule mieux ; la hauteur de plafond est plus haute que pour  les constructions traditionnelles. On travaille  depuis le début avec des entrepreneurs locaux pour coller à la réalité et respecter l’expression des besoins. Avec Pierre, nous pensons que l’entente avec nos partenaires locaux vient de ce postulat : nous n’avons pris aucune décision sans en discuter au préalable avec nos partenaires. Nous venons d’horizons et de cultures éloignés. Il importait, pour la réussite de ce projet et de ce que Morgane aurait souhaité, que nous sachions les écouter et respecter l’expression de leurs besoins.

Groupe Alpha : En quoi consiste le centre de formation des maîtres ?

Blandine Devouge : Lorsque nous avons rencontré Papa Meïssa Hanne, nous nous sommes rendu compte qu’il appliquait, les préceptes de la pédagogie Freinet. Il enseignait dans une petite école, en brousse. Notre rencontre et notre entente ont permis  d’accompagner le développement de ce qui existait déjà. Le centre Morgane a été créé pour être le siège de l’Asem. Cette Association regroupe 360 enseignants sénégalais. Chacun, dans son coin, mettait en pratique une ou deux techniques de la pédagogie. Désormais, tout est regroupé dans un même lieu. Les enseignants disposent ainsi d’un lieu de ressources pédagogiques, d’un centre de formation, pour acquérir de nouveaux outils ou pratiques, d’un lieu d’échanges. Une trentaine d’enseignants gère le centre. Ce sont des bénévoles qui savent adapter la méthode Freinet aux spécificités locales.

L’objectif ? Rendre autonome l’enfant, lui permettre de se responsabiliser et de venir, le cas échéant, en aide aux enfants moins doués que lui. Il s’agit également d’établir un lien étroit et pertinent entre l’enseignement dispensé et ce que l’enfant vit au quotidien : la théorie et la pratique de tous les jours. Chaque geste du quotidien peut être l’occasion d’exercer la pratique du calcul, de l’histoire ou du français. Avec des résultats scolaires au-delà de toutes nos espérances : depuis deux ans, le groupe scolaire Célestin-Freinet, adossé au centre Morgane, obtient 100 % de réussite à l’examen d’entrée en 6e ainsi qu’au Certificat de Fin d’Etudes Elementaires. Cela a naturellement une incidence, que nous devrons rapidement gérer : les demandes d’inscription montent en flèche !

Groupe Alpha : Quels sont aujourd’hui vos projets ?

Blandine Devouge : Avec mon mari et notre fils Erwan, nous avons le sentiment que, alors que nous avons porté ce projet à bout de bras en gérant seuls notre Association, nous pouvons lui donner, aujourd’hui, une nouvelle dimension, la transmettre à nos partenaires et lui permettre de s’ouvrir à de nouveaux horizons. La maturité lui va bien et l’Association Morgane peut vivre de nouvelles aventures. Nous avons eu beaucoup de chance de trouver aussi vite autant de soutien, notamment financier. Nous avons su transmettre, nous le pensons, la passion que Morgane avait découverte pour la pédagogie Freinet. Nous ouvrons le conseil d’administration de l’Association à cinq nouveaux membres et nous recherchons de nouvelles sources de financement. C’est notamment bien engagé avec la ville de Nantes. Nous nouons également des partenariats avec des écoles nantaises pour des échanges.

Dans un premier temps, nous devons terminer les constructions, notamment une salle polyvalente ouverte aux activités du groupe scolaire et des nombreuses associations du quartier.

Enfin, l’étape suivante, à nos yeux, consistera à consacrer davantage de fonds à l’aide à la formation. Une fois le budget construction clôturé, nous pourrons mettre l’accent sur la formation des maîtres. C’est, nous le pensons, l’enjeu de l’avenir pour les enfants sénégalais, qui seront les premiers bénéficiaires de cette belle aventure.

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux