En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Avec la crise, "des enjeux très lourds" pour l'emploi cadre, note le nouveau directeur de l'Apec


Ex-conseiller social de Manuel Valls, ancien DRH d'Air France, Gilles Gateau prend mercredi les commandes de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), confrontée à "des enjeux très lourds" car "les cadres et jeunes diplômés ne seront pas épargnés" par le séisme économique dû à la crise sanitaire, a-t-il souligné auprès de l'AFP.

Devenant à près de 61 ans directeur général de l'Apec, après un poste de directeur de mission chez EDF Renouvelables, M. Gateau a notamment été directeur général adjoint de l'ANPE (devenue Pôle Emploi) de 1993 à 1997. En 2012, il est devenu directeur de cabinet du ministre du Travail Michel Sapin, avant de rejoindre Manuel Valls à Matignon, puis Air France dont il a été le directeur des ressources humaines (DRH) de 2015 à 2018.

QUESTION: Les annonces de suppressions d'emplois dans les entreprises se multiplient depuis la fin du confinement. Après des années d'un marché de l'emploi favorable aux cadres, avec des recrutements record, quels sont les perspectives pour les semaines à venir?

RÉPONSE: "À très court terme, à la rentrée, nous allons être confrontés à une vague très considérable de jeunes diplômés, qui pourront être un peu angoissés, perdus, dans une situation extrêmement différente des rentrées précédentes, où les jeunes diplômés trouvaient rapidement et facilement à s'insérer. Là, le gel des embauches dans beaucoup d'entreprises risque de les impacter. Ce n'est pas parce qu'on sera diplômé d'un master qu'on sera complètement épargné.

On aura certainement des cadres expérimentés qui se retrouveront sur le marché du travail à la suite de fermetures de sites ou de plans sociaux. Les impacts de la crise économique induite par la crise sanitaire vont être très massifs. Les cadres, les jeunes diplômés ne seront pas épargnés."

Q: Quelle sera la réponse de l'Apec face à ces difficultés nouvelles pour l'emploi cadre?

R: "Il faudra que l'Apec soit présente. Tout le monde est mobilisé à la mesure des enjeux qui vont être très lourds. Les jeunes diplômés pourront avoir besoin qu'on les aide. Il faudra faire des propositions, être disponible pour eux. Cela fait partie des sujets sur lesquels on va travailler en priorité dans les semaines qui viennent. Il va y avoir une attente très forte et très différente des autres années, donc il faudra s'adapter.

Ce n'est pas la première fois que l'Apec est confrontée à un retournement, certes jamais aussi brutal, jamais aussi rapide, jamais aussi profond. C'est tout le pays qui est confronté à une situation inédite. C'est un choc.

Mais je pense qu'on continuera d'avoir, et heureusement, des entreprises, des TPE, des PME, qui auront besoin de compétences, besoin de recruter des cadres, des ingénieurs, des jeunes diplômés. Plus les offres seront rares, plus il sera important qu'elles soient pourvues rapidement."

Q: Comment l'Apec a vécu le confinement?

R: "L'Apec a été très fortement mobilisée, 100% de ses 900 collaborateurs étaient au travail en ligne. Beaucoup ont découvert le télétravail qu'ils ne pratiquaient pas du tout avant. Lundi, ils ont commencé à revenir dans les 48 centres, qui seront rouverts physiquement aux clients à partir du 6 juillet.

L'Apec, ce n'est pas le Pôle emploi des cadres. La moitié de ses clients, ce sont des cadres déjà en emploi, qui ont besoin de conseils pour mûrir un projet professionnel de mobilité, d'évolution, de reconversion.

Demain, dans l'offre de services, il y aura une plus grande place pour le numérique mais toujours des rendez-vous physiques, aussi bien avec les entreprises, les cadres, les jeunes, parce que c'est ce qu'attendent une partie d'entre eux. Pour des sujets pas anodins comme le choix d'une carrière, d'une orientation professionnelle, d'un collaborateur, il y a besoin à un moment donné d'un contact physique. On va encore développer le numérique en continuant de le combiner avec les rendez-vous physiques. L'horizon de l'Apec, ce n'est pas de devenir une plateforme internet."

er/bfa/cbn

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

AIR FRANCE-KLM

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux