En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Dépêches AFP

Retraites: "tout est sur la table", notamment les pensions de réversion (Buzyn)


"Tout est sur la table" dans le cadre de la réforme des retraites, y compris la question des pensions de réversion, même si leur suppression "n'est pas la question", a indiqué Agnès Buzyn dimanche.

Promesse d'Emmanuel Macron, la réforme des retraites doit permettre d'instaurer un "système universel", remplaçant la quarantaine de régimes existants. Pour en dessiner les contours, le gouvernement a lancé en avril une concertation avec les partenaires sociaux, avant d'ouvrir une "grande consultation citoyenne" en ligne.

Mais après des réunions début juin, des organisations syndicales se sont inquiétées d'une possible remise en cause des pensions de réversion consistant à verser, après le décès d'une personne, une partie des droits acquis à son époux(se) survivant(e).

En cause: une question, posée dans un document du Haut-commissariat à la réforme des retraites consulté par l'AFP, puis sous une autre forme sur la plateforme en ligne: "Doit-on maintenir des pensions de réversion ?"

La suppression des pensions de réversion n'est "pas du tout la question", a répliqué dimanche la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, interrogée dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

Lors des concertations et sur la plateforme consultative, "toutes les questions sont posées", a-t-elle expliqué. Est-il pour autant exclu de toucher aux pensions de réversion ? "Il n'y a rien d'exclu", a répondu la ministre.

"Il y a 42 régimes de retraite différents, certains ont des pensions de réversion très importants, d'autres pas, donc tout est sur la table, tout fait l'objet de concertations", a-t-elle poursuivi, estimant toutefois que la réversion "n'est pas un sujet en soi, le sujet c'est celui des droits non contributifs".

"On n'exclut pas de savoir comment on rapproche la retraite des femmes de la retraite des hommes, c'est une vraie question (...) Comment on fait en sorte qu'il y ait de la justice sociale, quelle est la part de solidarité dans notre régime de retraites ? (...) Nous avons posé toutes les questions et petit à petit, nous fermons les débats quand il y a consensus", a-t-elle détaillé.

Les pensions de réversion, "dans certains régimes, n'existent pas", donc "on peut vraiment se poser la question de l'harmonisation", a-t-elle conclu.

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux