En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Twitter Youtube

Opinions

Travailleurs et COP : « Pas d’emploi sur une planète morte ! »

Thursday 10 December 2015


Les travailleurs sont présents dans la COP à travers la Confédération syndicale internationale qui a un poste d’observateur (leur collectif est appelé TUNGO, les entreprises étant regroupées dans le collectif BINGO).
Pour chacune des CoP, la CSI propose à ses affiliés d’être accrédités par les Nations Unies. La CSI constitue une délégation de 200 à 300 syndicalistes venus du monde entier qui suivent les discussions en cours et donnent mandat à la CSI de s’exprimer sur des sujets et un contenu précis.


Compte tenu du poids relatif des enjeux énergétiques pour tel ou tel affilié, le compromis est parfois difficile à obtenir, par exemple entre les pays producteurs
d’énergies fossiles (charbon, gaz de schiste, nucléaire, etc.) et ceux pour lesquels  la question énergétique se pose différemment (ceux qui sont plus avancés dans les énergies renouvelables, ou dont les populations subissent les conséquences négatives de la manière dont sont exploitées ces ressources).

Les organisations syndicales françaises, notamment la CGT et la CFDT, qui sont les plus impliquées sur le sujet soutiennent bien évidemment les revendications de la CSI, mais elles ont dans les débats nationaux autour de ces sujets des approches différentes (cf. site internet de la CFDT, celui de la CGT et de son blog sur le développement humain durable), même si, sur la question du nucléaire, elles sont relativement homogènes.

Dans les négociations, la CSI défend l’idée selon laquelle les changements climatiques doivent être pensés dans le cadre d’une transition juste vers une économie bas carbone fournissant un travail décent et des emplois plus respectueux de l’environnement. Pour la CSI, l’accord de Paris doit « revoir l’ambition à la hausse et prendre la mesure du potentiel d’emplois qu’offre l’action sur le climat, tenir les engagement sur les financements du climat et soutenir les personnes les plus vulnérables, s’engager à assurer une transition juste pour les travailleurs et leur entourage ».

En matière climatique, l’enjeu pour le mouvement syndical est de rester uni au-delà du poids de la question énergétique. C’est pourquoi les revendications peuvent sembler assez basiques à un œil non averti. Néanmoins, compte tenu de la prépondérance des enjeux financiers et économiques dans les négociations climatiques, même basiques, les revendications syndicales ont du mal à être entendues.

 Pour aller plus loin :

Visionnez en vidéo les 3 épisodes de la COP21 en questions par le Groupe Alpha 

Auteur : Natacha SEGUIN - Centre Etudes & Prospective

Retour

Un an avec le Groupe Alpha c'est :

400 matinées-débat

7 300 participants

110 salons professionnels

420 000 visites sur les sites du groupe

12 000 abonnés sur les réseaux sociaux